Distinction Louis-Georges Carignan pour les OBV de la Chaudière-Appalaches

Le 22 mars dernier, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le regroupement des neuf Organismes de Bassins Versants de Chaudière-Appalaches (OBV-CA) a remporté la DISTINCTION LOUIS-GEORGES CARIGNAN pour la mise en oeuvre d’un programme d’acquisition de connaissances sur les eaux souterraines (PACES 2012- 2015) de grande envergure et le transfert (projet ACCES-CA avec l’université Laval et l’INRS-ETE) des nouvelles connaissances visant à outiller les acteurs clés de la région, que sont les aménagistes et les professionnels d’OBV en particulier, en vue d’amorcer la planification pour la gestion des eaux souterraines. Cette distinction est remise par Réseau Environnement à une corporation qui oeuvre dans le domaine des sols et des eaux souterraines et qui a contribué de façon remarquable, au Québec, à l’amélioration et à la bonne gestion des infrastructures dans ce domaine.

Le COBARIC tient à remercier l’ensemble des partenaires ayant pu rendre le projet possible. Un merci particulier à M. Michel Grégoire, de l’OBV du Fleuve-St-Jean pour le dépôt de notre candidature et à M. François Lajoie de l’OBV de la Côte-du-Sud de s’être déplacé pour recevoir la distinction au nom des OBV de la Chaudière-Appalaches. Bravo à tous!

Pour consulter le communiqué de presse : CP_distinction_Louis-Georges_Carignan_OBV-CA

Reconnaissance fédérale de haut niveau pour les milieux humides de la Cumberland

Le COBARIC est heureux des avancées de l’Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland. L’APMHC poursuit ces objectifs en lien avec l’entente de bassin versant signée en 2010 en collaboration avec le COBARIC et la Corporation de la protection forestière de Beauce-Etchemin (CPFBE). Bravo et merci à tous les bénévoles et propriétaires qui participent activement à la protection des habitats fauniques et de la biodiversité en Beauce. Vous pouvez consultez le Communiqué de presse de l’APMHC.

Saint-Simon-les-Mines, le 15 mars 2017 – L’Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland (APMHC) est maintenant reconnue par le programme des dons écologiques d’Environnement Canada. L’excellence du travail effectué par les bénévoles de cette organisation a permis à celle-ci d’accéder à cette reconnaissance réservée aux plus performantes organisations canadiennes de conservation. La rigueur dont a fait preuve l’APMHC pour s’acquitter de sa mission d’acquisition et de prise en charge des droits de propriété ou de servitudes réelles et perpétuelles à des fins de conservation de l’environnement a ainsi été reconnue.
Seuls les organismes de bienfaisance accrédités par l’Agence du revenu du Canada peuvent amorcer les démarches de reconnaissances au programme des dons écologiques d’Environnement Canada. De plus, l’analyse de ses lettres de constitution, de ses règlements généraux et de l’historique des actions de l’organisme est passée au peigne fin avant de pouvoir accorder cette reconnaisance. Les réalisations de l’APMHC lui ont conféré une crédibilité de haut niveau lui permettant de se démarquer en matière de conservation et de gestion de propriétés acquises à des fins de conservation. Afin de perpétuer la protection des terres données, une clause de dissolution est imposée par Environnement Canada et prévoit qu’en cas de dissolution de l’organisme, les propriétés acquises doivent être cédées à un autre organisme reconnu par l’Agence du revenu du Canada.
Le programme des dons écologiques d’Environnement Canada permet aux propriétaires désireux de faire le don écologique d’un terrain d’obtenir un avantage fiscal attrayant sous forme d’un reçu pour fins d’impôt. Le propriétaire donateur dispose de cinq ans pour l’appliquer en tout ou en partie selon ses revenus annuels. L’organisme bénéficiaire du don écologique devient le gardien du terrain.
Le président de l’APMHC, monsieur Jean Poulin, cite : « Cette reconnaissance de haut niveau confirme les capacités de l’APMHC à se positionner parmi les leaders en conservation au Canada et nous invite à poursuivre nos actions pour atteindre les plus hauts standards de qualité en matière de gestion du patrimoine naturel. »
L’organisme beauceron, créé en 2010, a depuis acquis 110 hectares de propriétés de hautes valeurs écologiques et a poursuivi les démarches pour créer la « Réserve naturelle de la Cumberland » afin de leur assurer une protection légale à perpétuité en vertu de la loi sur la conservation du patrimoine naturel.
La participation de l’organisme au programme des dons écologiques sera un incitatif supplémentaire qui permettra l’ajout de propriétés à la Réserve actuelle afin de consolider l’ensemble du territoire et d’assurer la protection de l’un des derniers joyaux écologique de la région beauceronne. L’acquisition supplémentaire de propriétés vise à réaliser le projet de « Corridor d’aires protégées de la Cumberland » qui contribuera directement à la protection des habitats fauniques et de la biodiversité en Beauce. Cette action s’inscrit dans une initiative de conservation de grande envergure qui permettra d’enrichir le réseau québécois d’aires protégées dans le sud du Québec et particulièrement en Chaudière-Appalaches.

Pour informations :
Jean Poulin, président Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland résidence : 418-226-0329, cellulaire 418-226-9303

Panneaux informatifs à l’entrée des sentiers

Les intervenants régionaux formés pour l’eau souterraine

Communiqué de presse

Sainte-Marie, le 16 février 2017 – Le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) en collaboration avec l’INRS-ETE et l’Université Laval a tenu le 15 février dernier à Sainte-Marie une formation sur l’appropriation de connaissances sur les eaux souterraines de la Chaudière-Appalaches (ACCES-CA) ciblant les territoires des MRC Robert-Cliche, de Beauce-Sartigan et de La Nouvelle-Beauce. Cette formation fait suite au Programme d’acquisition de connaissances sur les eaux souterraines (PACES) en Chaudière-Appalaches réalisé de 2012 à 2015.

Monsieur Russell Gilbert, président du Comité de bassin de la rivière Chaudière a accueilli les intervenants en rappelant que la volonté de la région de la Chaudière-Appalaches de se doter d’un portrait de l’eau souterraine ne date pas d’hier. Maintenant, place à l’appropriation de connaissance et à l’utilisation efficace de cette information capitale!

Une vingtaine de participants représentant la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, les MRC Robert-Cliche, de Beauce-Sartigan et de La Nouvelle-Beauce ainsi que les municipalités de Sainte-Marguerite et Saints-Anges ont pu échanger sur les eaux souterraines. M. Dany Lévesque, étudiant à la maitrise en aménagement du territoire à l’Université Laval ainsi que M. René Lefebvre, hydrogéologue au Centre Eau Terre Environnement de l’Institut National de la Recherche Scientifique ont assurés une animation dynamique en plus de transmettre les connaissances nécessaires à la compréhension des données et de leur utilisation.

Ainsi, les participants ont pu dresser le portrait de leur MRC/municipalité quant à l’eau souterraine. Les discussions ont mené à différents constats. En effet, les informations du PACES permettent de mieux planifier le développement territorial, notamment les endroits propices à l’exploitation municipale (aqueduc). La compréhension des liens hydrologiques est essentielle afin d’agir en matière de protection de nos ressources en eau afin d’éviter, par exemple, la contamination d’un puits privé par une fosse septique adjacente. La sensibilisation citoyenne est ressortie comme négligée. Qui nettoie son puits annuellement? Qui effectue des tests d’eau afin de s’assurer que son eau est potable? Combien coûte réellement le service d’aqueduc? Quoi qu’il en soit, des actions devront être posées.

La formation ACCES-CA à Sainte-Marie est conjointe à celle de Montmagny réalisée le 9 février dernier (MRC de L’Islet, de Montmagny, de Bellechasse et des Etchemins) et celle qui aura lieu à Saint-Flavien le 21 février prochain pour les MRC de Lotbinière, des Appalaches et Lévis.

Rappelons que le projet d’appropriation de connaissances sur les eaux souterraines a été rendu possible grâce à la participation financière du Mitacs (bourse étudiante), des MRC et des OBV de la Chaudière-Appalaches.

M. René Lefebvre, hydrogéologue INRS-ETE