Rivière des fermes : Bien planifier pour les années à venir

Connaître la situation pour mieux la corriger

 

En 2021, le Comité de bassin de la rivière Chaudière a travaillé sur quatre projets dans le bassin versant de la rivière des Fermes. L’objectif était de mieux connaître le territoire afin de proposer des aménagements adaptés aux acteurs du milieu. En effet, ces derniers avaient soulevé des problèmes de débits de pointe et de sédimentation ainsi qu’une inquiétude quant à la faible présence de poissons sportifs. La caractérisation effectuée à l’été est la première étape pour améliorer l’état des cours d’eau et permettre de retrouver, à long terme, les rivières poissonneuses d’antan.

Qu’est-ce qui a été caractérisé?

Concrètement, l’équipe a parcouru les différents cours d’eau du bassin versant pour documenter les sources de sédimentation et de débits de pointe sur environ 63 km. Elle a ainsi observé plusieurs éléments, dont l’état et la grosseur des ponceaux, l’absence ou non de bandes riveraines, les fossés et la végétation aux alentours, etc. Des photos, des vidéos et des notes ont été prises pour garder des traces de ce travail. L’analyse de tous ces éléments est en cours et permettra de déterminer les meilleurs aménagements pour améliorer la situation et corriger les problématiques soulevées par les acteurs

Quels poissons retrouve-t-on dans la rivière des Fermes?

En parallèle, l’équipe a effectué une pêche électrique à plusieurs endroits sur le bassin versant. Cela a permis de confirmer la présence de 12 espèces de poissons. Fait intéressant, l’omble de fontaine est présent en amont de la rivière. Le COBARIC est ainsi confiant et affirme qu’un travail sur le milieu pourra améliorer l’habitat de cette espèce appréciée des pêcheurs.

Quels aménagements dans les fossés?

Les fossés ont fait l’objet d’une caractérisation, puisqu’ils participent au transport des sédiments et à l’augmentation des débits de pointe. Certains aménagements ont été réalisés dans un fossé de Saint-Frédéric, soit plusieurs seuils de rétention, un bassin de sédimentation et de l’hydroensemencement. La municipalité, souvent obligée de réagir en urgence, a vu une amélioration dans la gestion de l’eau sur ce fossé. Les seuils de rétention ralentissent l’eau qui s’écoule dans le fossé. Le bassin de sédimentation permet quant à lui de recueillir l’eau pour décanter, réduisant la quantité de sédiments à se rendre directement dans les cours d’eau. Et l’hydroensemencement, une technique pour faciliter la reprise de la végétation, contribue à stabiliser les côtés du fossé et ainsi réduire l’apport de sédiments. Des vidéos explicatives ont été réalisées afin d’expliquer chaque aménagement et leurs avantages.

 

Au total, quatre projets sont donc au cœur de la caractérisation de la rivière des Fermes, tous complémentaires et poursuivant des objectifs similaires. Leur réalisation est possible grâce à plusieurs partenaires : le Programme affluents maritime, du Fonds d’action Saint-Laurent; la Fondation de la faune du Québec; la fondation Héritage faune (Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec); ainsi que les MRC des Appalaches et Robert-Cliche et les municipalités de Sacré-Cœur-de-Jésus, Saint-Frédéric, Saint-Joseph-des-Érables et Saint-Séverin, ont participé au projet.

Les commentaires sont fermés.