Le Projet d’acquisition de connaissances sur les eaux souterraines (PACES) en Chaudière-Appalaches est maintenant complété et l’ensemble des travaux exécutés entre avril 2012 et mars 2015 ont permis de produire un portrait régional de la ressource.

Les résultats de cette vaste étude ont d’ailleurs été présentés aux partenaires du projet le 3 juin 2015 à Scott où étaient rassemblés une trentaine d’intervenants issus pour la plupart du monde municipal.

La région d’étude couvre la Chaudière-Appalaches (14 600 km2), excluant toutefois la Ville de Lévis qui a été couvert par le projet PACES de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

Le PACES en Chaudière-Appalaches a fourni les connaissances requises pour favoriser une meilleure gouvernance de l’eau souterraine. Les données acquises, les cartes produites et les analyses consignées dans un rapport pourront renseigner les utilisateurs sur la qualité et la quantité d’eau souterraine, de même que sur sa vulnérabilité, sa recharge, son écoulement et plusieurs autres aspects importants de cette ressource.

Une section du rapport met en relation les préoccupations exprimées par les citoyens de la Chaudière-Appalaches avec l’état des ressources en eau souterraine établi par le présent projet. Cette section aidera les organismes régionaux à établir leurs priorités d’actions pour une gestion durable de l’eau souterraine. Ces efforts devront toutefois être soutenus par les organismes gouvernementaux et les chercheurs intéressés à la ressource.

Les personnes désireuses de consulter ce rapport peuvent le faire en se rendant sur le site du Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches (http://obv-ca.org/). Il est également possible de se référer à l’organisme de bassin versant qui dessert votre territoire pour en savoir plus sur le PACES et ses suites.

Le Projet d’acquisition de connaissances sur les eaux souterraines en Chaudière-Appalaches a été réalisé conjointement par le Centre Eau Terre Environnement de l’INRS (INRS-ETE), par l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) et par le Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches (OBV-CA) grâce au soutien financier du ministère du Développement durable, de l’Environnement, et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et de la Conférence régionale des élu(e)s (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches. Les partenaires régionaux sont, en plus de la CRÉ et des OBV, huit MRC, les Fédérations de l’UPA et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

 

Les commentaires sont fermés.