Le Colloque-Forum « L’après Lac-Mégantic : des leçons à tirer » aura lieu le 13 octobre prochain

On se rappellera que le 6 juillet 2013, l’une des pires catastrophes environnementales au Canada arriva lorsqu’un train de 72 wagons de pétrole brut léger Bakken dérailla détruisant le coeur de la Ville de Lac-Mégantic au Québec. Suite à cet accident, 5 500 m3 de pétrole ont été relâchés dans l’environnement sous plusieurs formes contaminant les sols, les sédiments et les eaux du lac Mégantic et de la rivière Chaudière. Depuis, des travaux colossaux ont été mis en oeuvre pour le rétablissement de la communauté et du milieu. C’est pourquoi, en 2015, le  Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) a été heureux d’appuyer le projet de recherche «Lac Mégantic et Rivière Chaudière: évaluation stratégique de l’urgence, outils intégrés d’évaluation des impacts cumulatifs, traitement, transformation et transport de contaminants» financé par le CRSNG – Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada. Ce projet de recherche a été conduit sous la direction de Mme Rosa Galvez et en collaboration avec les chercheurs R. Pienitz, B. Morse, D. Antoniades (U. Laval); R. Leduc (U. Sherbrooke) ; S. Goshal (McGill U.); J-S. Dubé (ETS); C. Mulligan (U. Concordia) et D. St-Laurent (UQTR) a compté sur les appuis financiers des partenaires privés et organisations suivantes : Maxxam Analytique Inc., Stantec Experts-conseils Ltée, Soleo Experts-conseils, Englobe Corp. et l’appui de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA).

Au terme de ce projet de recherche, il était primordial de transmettre l’information récoltée et analysée à tous les citoyens. C’est pourquoi le Colloque-Forum « L’après Lac-Mégantic : des leçons à tirer » se tiendra le 13 octobre prochain au Club de Golf du Lac Mégantic. Cet événement donnera aux chercheurs l’occasion de présenter et diffuser les conclusions et les avancements en recherche et technologies, ainsi que des recommandations pour la révision et l’élaboration de stratégies et de plans de prévention et d’urgence, de méthodes d’évaluation d’impacts sur l’écosystème et de traitement de sols contaminés. Pour plus d’informations et consulter le programme de l’événement : cliquez ici.

Lieu : Club de Golf du Lac Mégantic, Frontenac (QC)

Date : 13 octobre2017

Inscription obligatoire60 $

 

 

Jeudi le 13 juillet le BEA informera la population sur la renouée du Japon

M. Nicolas Houde du Bureau d’écologie appliquée (BEA) fera une présentation sur l’identification et le contrôle de la renouée du Japon, jeudi prochain le 13 juillet à 18h30 à la salle du conseil de l’hôtel de Ville de Sainte-Marie au 270, avenue Marguerite-Bourgeoys. Cette présentation gratuite est ouverte à à tous.

Pour plus d’informations :

Nicolas Houde
Bureau d’écologie appliquée
Siege social : 1279, rue James-Lemoine, Quebec, G1S 1A1
Succ. : 630-10, rue St-Patrick, Québec, Qc, G1R 1Z1
www.coop-ecologie.comTel:581-580-8252

Producteurs de Saint-Agapit et de Saint-Flavien, passerez-vous à l’action pour la rivière Noire?

Sainte-Marie, le 5 juillet 2017 – C’est avec plaisir que le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) vous annonce qu’il est porteur d’un projet sur les bandes riveraines qui, avec la collaboration des agricultrices et agriculteurs du territoire, permettra d’améliorer la qualité de l’eau de la rivière Noire. Ce projet, en plus d’avoir une portée agroenvironnementale, favorisera la cohabitation harmonieuse puisqu’il contribuera à modifier le paysage du territoire et d’en augmenter la valeur esthétique.

Le bassin versant de la rivière Noire touche majoritairement les municipalités de Saint-Agapit et de Saint-Flavien et 53% de ce territoire est occupé par l’agriculture. Ce  bassin versant est identifié comme étant l’un des plus dégradés par l’agriculture de la région de la Chaudière-Appalaches où il est classé au 24e rang sur un total de 216 unités étudiés (COBARIC, 2014). De plus, selon la campagne d’échantillonnage effectuée en 2016, 100% des échantillons dépassaient la norme pour l’azote total et près de 60% des échantillons dépassaient la norme pour le phosphore total et les coliformes fécaux. Ainsi, il est maintenant temps d’agir ensemble pour la protection de l’eau dans le bassin versant de la rivière Noire.

Joignez-vous au Projet de mobilisation des agriculteurs et agricultrices du bassin versant de la rivière Noire pour protéger votre eau en posant des actions agroenvironnementales, comme l’établissement d’une bande riveraine efficace, qui vous aideront à conserver le sol, les nutriments et les pesticides aux champs.

La mission du COBARIC est d’organiser, dans une perspective de développement durable, la gestion intégrée de l’eau à l’échelle du bassin versant de la rivière Chaudière. Le COBARIC agit auprès des usagers de l’eau du bassin versant de la rivière Chaudière, afin de favoriser la pérennité de la ressource eau, par la concertation et la participation des usagers de l’eau du territoire.

Ce projet a été réalisé en vertu du sous-volet 3.1 du programme Pime-Vert 2013‑2018 et il a bénéficié d’une aide financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

Source :

Françoise Auger
Chargée de projets et du PDE
Téléphone : (418) 389-0476
Courriel : projets@cobaric.qc.ca

Le COBARIC près des citoyens et des jeunes à la Fête de l’eau de Lévis

Une cinquantaine de citoyens et jeunes ont pu rencontrer l’équipe du COBARIC lors de la Fête de l’eau de Lévis qui s’est déroulée le samedi 17 juin dernier. Le COBARIC y a tenu un kiosque et un atelier sur la biologie du poisson.
En effet, lors de la 4e édition de la Fête de l’eau de Lévis, Mme Véronique Brochu, directrice générale du COBARIC, a animé un atelier d’éviscération de poissons. Le tout avait pour but d’éduquer les jeunes sur la biologie du poisson et, bien entendu, favoriser la consommation des truites pêchées par les enfants. «Les jeunes ont tous bien participé à l’atelier; même les parents en ont appris!» mentionne Mme Brochu. Cette année, les enfants ont pu pêcher leur truite mouchetée, l’éviscérer et la rapporter fraîche pour la consommer à la maison. «Ainsi, on évite le gaspillage de la chair dans le cas où le parent ne saurait pas comment faire. » ajoute-t-elle.
Le COBARIC a accueilli les citoyens à son kiosque et a pu les sensibiliser et les informer sur différentes préoccupations liées à l’eau. Antoine Pruneau, stagiaire au COBARIC, a notamment animé des activités sur la sécurité nautique auprès des jeunes familles. Les visiteurs demandaient, notamment, des informations sur la qualité de l’eau de la rivière Chaudière et sur les accès à l’eau.
Le COBARIC tient à remercier l’organisme Rues principales Saint-Romuald qui est l’instigateur de la Fête de l’eau de Lévis ainsi que tous les bénévoles et organismes participants sans qui l’événement n’aurait pu avoir lieu.
Rappelons que le COBARIC a comme mission d’organiser, dans une perspective de développement durable, la gestion intégrée de l’eau à l’échelle du bassin versant de la rivière Chaudière. Il agit auprès des usagers de l’eau du bassin versant de la rivière Chaudière afin de favoriser la pérennité de la ressource eau par la concertation et la participation des usagers de l’eau du territoire.

Participe à la Corvée Chaudière le 3 juin prochain!

La Corvée Chaudière récidive pour une quatrième année consécutive! Initiée par le regroupement citoyen « Projet Chaudière », l’organisation de cet événement rassembleur de nettoyage des berges de la rivière Chaudière a été transmis au Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) pour l’édition 2017.

Canoteurs et kayakistes! vous êtes gracieusement invités à participer à cette grande corvée beauceronne de nettoyage des berges de la rivière Chaudière comprises entre Vallée-Jonction et Sainte-Marie, le 3 juin prochain. L’accueil des participants se fera à compter de 8h30 au pont de fer de Vallée-Jonction. Le départ pour un parcours de 13 kilomètres est prévu à 9h00. Les participants auront la chance de découvrir la rivière Chaudière sous une toute nouvelle perspective, et ce, jusqu’au Parc nautique Saputo de Sainte-Marie sur la rue Notre-Dame Nord. Pour ceux qui n’ont pas d’embarcations, des rabaskas seront sur place et des canots et kayaks seront disponibles pour la location. MF Aventure offrira aussi des conseils sur les techniques de canotage avant le départ.

Sacs à déchets et gants de protection vous seront fournis en plus d’une collation, du remplissage des gourdes et d’un dîner! Prévoyez seulement votre gourde d’eau, crème solaire, chapeau, vieilles chaussures fermées et insectifuge!

Cet évènement a lieu grâce aux partenaires impliqués soit : Alex Coulombe (Pepsi), André Spénard, député de Beauce-Nord, Aqua Beauce, les Autobus Landry, l’imprimerie Bo-Modèle de Scott, la Caisse Desjardins de la Nouvelle-Beauce, Canotage Beauce, Canot Rabaska Chaudière, le Corps de Cadets de Saint-Martin, la quincaillerie Émile Bilodeau & fils inc., la Fromagerie Gilbert inc. de Saint-Joseph, IGA Extra Boucherie Veilleux de Sainte-Marie, MF Aventure, la municipalité de ValléeJonction, Pronature de Sainte-Marie, ainsi que la ville de Sainte-Marie.

Depuis 2014, la Corvée Chaudière sensibilise la population au potentiel récréotouristique que représente la rivière Chaudière, à la faune et la flore qui utilisent la rivière comme milieu de vie et à l’environnement. Jusqu’à maintenant, près de deux tonnes de déchets ont été retirées de la rivière par une centaine de participants!

Rappelons que le COBARIC a comme mission d’organiser, dans une perspective de développement durable, la gestion intégrée de l’eau à l’échelle du bassin versant de la rivière Chaudière. Il agit auprès des usagers de l’eau du bassin versant de la rivière Chaudière afin de favoriser la pérennité de la ressource eau par la concertation et la participation des usagers de l’eau du territoire.

Atelier pratique-La gestion des eaux de pluie et des inondations

Le Conseil régional de l’Environnement de l’Estrie (CREE), en collaboration avec la MRC du Granit, le Conseil de gouvernance de l’eau des bassins versants de la rivière St-François (COGESAF) et le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) tiendra un atelier axé sur la gestion des eaux de pluie et des inondations le 1er juin prochain. Des outils et des exemples pour passer à l’action au niveau municipal seront présentés. Pour plus d’informations et inscription avant le 29 mai 2017 : Info et inscription atelier

Distinction Louis-Georges Carignan pour les OBV de la Chaudière-Appalaches

Le 22 mars dernier, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le regroupement des neuf Organismes de Bassins Versants de Chaudière-Appalaches (OBV-CA) a remporté la DISTINCTION LOUIS-GEORGES CARIGNAN pour la mise en oeuvre d’un programme d’acquisition de connaissances sur les eaux souterraines (PACES 2012- 2015) de grande envergure et le transfert (projet ACCES-CA avec l’université Laval et l’INRS-ETE) des nouvelles connaissances visant à outiller les acteurs clés de la région, que sont les aménagistes et les professionnels d’OBV en particulier, en vue d’amorcer la planification pour la gestion des eaux souterraines. Cette distinction est remise par Réseau Environnement à une corporation qui oeuvre dans le domaine des sols et des eaux souterraines et qui a contribué de façon remarquable, au Québec, à l’amélioration et à la bonne gestion des infrastructures dans ce domaine.

Le COBARIC tient à remercier l’ensemble des partenaires ayant pu rendre le projet possible. Un merci particulier à M. Michel Grégoire, de l’OBV du Fleuve-St-Jean pour le dépôt de notre candidature et à M. François Lajoie de l’OBV de la Côte-du-Sud de s’être déplacé pour recevoir la distinction au nom des OBV de la Chaudière-Appalaches. Bravo à tous!

Pour consulter le communiqué de presse : CP_distinction_Louis-Georges_Carignan_OBV-CA

Reconnaissance fédérale de haut niveau pour les milieux humides de la Cumberland

Le COBARIC est heureux des avancées de l’Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland. L’APMHC poursuit ces objectifs en lien avec l’entente de bassin versant signée en 2010 en collaboration avec le COBARIC et la Corporation de la protection forestière de Beauce-Etchemin (CPFBE). Bravo et merci à tous les bénévoles et propriétaires qui participent activement à la protection des habitats fauniques et de la biodiversité en Beauce. Vous pouvez consultez le Communiqué de presse de l’APMHC.

Saint-Simon-les-Mines, le 15 mars 2017 – L’Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland (APMHC) est maintenant reconnue par le programme des dons écologiques d’Environnement Canada. L’excellence du travail effectué par les bénévoles de cette organisation a permis à celle-ci d’accéder à cette reconnaissance réservée aux plus performantes organisations canadiennes de conservation. La rigueur dont a fait preuve l’APMHC pour s’acquitter de sa mission d’acquisition et de prise en charge des droits de propriété ou de servitudes réelles et perpétuelles à des fins de conservation de l’environnement a ainsi été reconnue.
Seuls les organismes de bienfaisance accrédités par l’Agence du revenu du Canada peuvent amorcer les démarches de reconnaissances au programme des dons écologiques d’Environnement Canada. De plus, l’analyse de ses lettres de constitution, de ses règlements généraux et de l’historique des actions de l’organisme est passée au peigne fin avant de pouvoir accorder cette reconnaisance. Les réalisations de l’APMHC lui ont conféré une crédibilité de haut niveau lui permettant de se démarquer en matière de conservation et de gestion de propriétés acquises à des fins de conservation. Afin de perpétuer la protection des terres données, une clause de dissolution est imposée par Environnement Canada et prévoit qu’en cas de dissolution de l’organisme, les propriétés acquises doivent être cédées à un autre organisme reconnu par l’Agence du revenu du Canada.
Le programme des dons écologiques d’Environnement Canada permet aux propriétaires désireux de faire le don écologique d’un terrain d’obtenir un avantage fiscal attrayant sous forme d’un reçu pour fins d’impôt. Le propriétaire donateur dispose de cinq ans pour l’appliquer en tout ou en partie selon ses revenus annuels. L’organisme bénéficiaire du don écologique devient le gardien du terrain.
Le président de l’APMHC, monsieur Jean Poulin, cite : « Cette reconnaissance de haut niveau confirme les capacités de l’APMHC à se positionner parmi les leaders en conservation au Canada et nous invite à poursuivre nos actions pour atteindre les plus hauts standards de qualité en matière de gestion du patrimoine naturel. »
L’organisme beauceron, créé en 2010, a depuis acquis 110 hectares de propriétés de hautes valeurs écologiques et a poursuivi les démarches pour créer la « Réserve naturelle de la Cumberland » afin de leur assurer une protection légale à perpétuité en vertu de la loi sur la conservation du patrimoine naturel.
La participation de l’organisme au programme des dons écologiques sera un incitatif supplémentaire qui permettra l’ajout de propriétés à la Réserve actuelle afin de consolider l’ensemble du territoire et d’assurer la protection de l’un des derniers joyaux écologique de la région beauceronne. L’acquisition supplémentaire de propriétés vise à réaliser le projet de « Corridor d’aires protégées de la Cumberland » qui contribuera directement à la protection des habitats fauniques et de la biodiversité en Beauce. Cette action s’inscrit dans une initiative de conservation de grande envergure qui permettra d’enrichir le réseau québécois d’aires protégées dans le sud du Québec et particulièrement en Chaudière-Appalaches.

Pour informations :
Jean Poulin, président Association pour la protection des milieux humides de la Cumberland résidence : 418-226-0329, cellulaire 418-226-9303

Panneaux informatifs à l’entrée des sentiers

Les intervenants régionaux formés pour l’eau souterraine

Communiqué de presse

Sainte-Marie, le 16 février 2017 – Le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) en collaboration avec l’INRS-ETE et l’Université Laval a tenu le 15 février dernier à Sainte-Marie une formation sur l’appropriation de connaissances sur les eaux souterraines de la Chaudière-Appalaches (ACCES-CA) ciblant les territoires des MRC Robert-Cliche, de Beauce-Sartigan et de La Nouvelle-Beauce. Cette formation fait suite au Programme d’acquisition de connaissances sur les eaux souterraines (PACES) en Chaudière-Appalaches réalisé de 2012 à 2015.

Monsieur Russell Gilbert, président du Comité de bassin de la rivière Chaudière a accueilli les intervenants en rappelant que la volonté de la région de la Chaudière-Appalaches de se doter d’un portrait de l’eau souterraine ne date pas d’hier. Maintenant, place à l’appropriation de connaissance et à l’utilisation efficace de cette information capitale!

Une vingtaine de participants représentant la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, les MRC Robert-Cliche, de Beauce-Sartigan et de La Nouvelle-Beauce ainsi que les municipalités de Sainte-Marguerite et Saints-Anges ont pu échanger sur les eaux souterraines. M. Dany Lévesque, étudiant à la maitrise en aménagement du territoire à l’Université Laval ainsi que M. René Lefebvre, hydrogéologue au Centre Eau Terre Environnement de l’Institut National de la Recherche Scientifique ont assurés une animation dynamique en plus de transmettre les connaissances nécessaires à la compréhension des données et de leur utilisation.

Ainsi, les participants ont pu dresser le portrait de leur MRC/municipalité quant à l’eau souterraine. Les discussions ont mené à différents constats. En effet, les informations du PACES permettent de mieux planifier le développement territorial, notamment les endroits propices à l’exploitation municipale (aqueduc). La compréhension des liens hydrologiques est essentielle afin d’agir en matière de protection de nos ressources en eau afin d’éviter, par exemple, la contamination d’un puits privé par une fosse septique adjacente. La sensibilisation citoyenne est ressortie comme négligée. Qui nettoie son puits annuellement? Qui effectue des tests d’eau afin de s’assurer que son eau est potable? Combien coûte réellement le service d’aqueduc? Quoi qu’il en soit, des actions devront être posées.

La formation ACCES-CA à Sainte-Marie est conjointe à celle de Montmagny réalisée le 9 février dernier (MRC de L’Islet, de Montmagny, de Bellechasse et des Etchemins) et celle qui aura lieu à Saint-Flavien le 21 février prochain pour les MRC de Lotbinière, des Appalaches et Lévis.

Rappelons que le projet d’appropriation de connaissances sur les eaux souterraines a été rendu possible grâce à la participation financière du Mitacs (bourse étudiante), des MRC et des OBV de la Chaudière-Appalaches.

M. René Lefebvre, hydrogéologue INRS-ETE

 

Le documentaire « Au cœur de notre Rivière Chaudière » sera diffusé pendant le temps des fêtes!

Le documentaire « Au Cœur de notre Rivière Chaudière », réalisé par la Société historique Sartigan et ses partenaires, sera diffusé sur les ondes du producteur TVCOGECO Saint-Georges durant tout le mois de décembre.

Les Beaucerons pourront visionner la beauté des paysages de la rivière Chaudière et de sa vallée, sur les ondes du réseau COGECOTV Beauce-Appalaches (canal HD555 ou canal 9) les vendredis 9 et 16 décembre dès 18h30, les samedis 10 et 17 décembre à 13h30 et 18h ainsi que les dimanches 11 et 18 décembre à 13h30 et 22h. Le documentaire de 53 minutes sera également diffusé en simultané sur le réseau communautaire de Beauceville et Sainte-Marie et sur le réseau provincial de COGECO durant la période des fêtes.

Le projet « Au Cœur de la Rivière Chaudière » veut démontrer que la rivière Chaudière a été, et est encore aujourd’hui, l’élément rassembleur des Beaucerons. La Société historique Sartigan souhaite faire découvrir et redécouvrir le rôle qu’a joué ce chemin d’eau, en regard de sa géographie, dans l’histoire de la Beauce et même dans celle de la Nouvelle-France.

Dirigé par Mme Linda Champagne de la Société historique Sartigan, le projet a été réalisé en collaboration avec le Comité culturel et patrimonial de Beauceville, le Service des Loisirs et de la Culture de la Ville de Saint-Georges, le Service Loisirs, Culture et Vie communautaire de la Ville de Sainte-Marie, la Municipalité de Vallée-Jonction ainsi que le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC). Finalement, les municipalités de Saint-Lambert-de-Lauzon, Saint-Isidore, Saint-Bernard, Scott, Sainte-Marie, Vallée-Jonction, Saint-Joseph, Beauceville, Notre-Dame-des-Pins, Saint-Martin ainsi que Saint-Gédéon-de-Beauce ont aussi participé au projet.

Deux outils pédagogiques, soit un cahier historique et un cahier populaire, viennent appuyés autant le documentaire que l’exposition de photographies; ces deux cahiers seront disponibles en format numérique sur le site de la Société historique Sartigan : http://www.shsartigan.com/au-coeur-de-notre-riviere-chaudiere.php et en format imprimé au coût de 10$. L’exposition participative et itinérante, issue des images fournies par la population, peut être présentement appréciée à la Bibliothèque Édith-Poiré de Saint-Lambert-de-Lauzon jusqu’au 15 décembre 2016.