Le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) a participé les 4 et 5 juin dernier ai Grand forum des communautés résilientes. Voici quelques points issus du compte rendu du grand forum.

Le Grand forum des communautés résilientes était organisé conjointement par le Réseau Québec maritime, le réseau MEOPAR et le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec. L’objectif de l’événement était de faire émerger l’intelligence collective pour répondre aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques générés par les changements climatiques pour accroitre la résilience des communautés et faciliter l’adaptation aux changements climatiques. Pour ce faire, élu.es, citoyen.es, chercheur.es, représentant.es des communautés des Premières Nations ou encore acteurs municipaux étaient invités le 4 et 5 juin 2019 au Séminaire de Québec à participer à différentes activités: conférences, panel de discussions, ateliers participatifs et tables de discussion.

Les changements climatiques augmentent l’imprévisibilité et l’intensité des aléas naturels. Couplés à l’urbanisation croissante, les défis liés à la réduction des risques de catastrophe se multiplient pour les villes.  En regard de la nouveauté des changements climatiques et de l’urgence qu’ils impliquent, la notion de résilience a cheminé dans la gestion des risques, autrefois très centrée sur l’aléa. La résilience a permis de rapprocher les deux composantes du risque (aléa et vulnérabilité) autrefois étudiées en silo. De par une lecture du risque plus attachée aux vulnérabilités, la résilience permet de laisser plus de place aux individus et organisations.

Afin de faciliter la création de synergies entre différents acteurs impliqués sur des enjeux communs, les participants étaient invités à participer à un atelier de style living lab. Inspiré par le processus du Design thinking, les participants regroupés en équipe de six étaient invités à choisir un enjeu concret vécu dans leur quotidien et de composer une question avec l’intitulé « Comment pourrions-nous… », suivi d’un verbe, de l’enjeu et des acteurs concernés.

Le Grand forum des communautés résilientes s’est avéré un lieu privilégié pour échanger sur plusieurs questions ou enjeux concernant la gestion des risques, l’adaptation aux changements climatiques ou la résilience, le tout dans un climat détendu et même amical. Cet événement a constitué un forum important pour le dialogue entre les communautés de plusieurs pays (France, Martinique, Maroc, Algérie, Madagascar, Côte d’Ivoire et Tunisie), mais en revanche, nous notons la faible présence de chercheur.euses. Dans le cadre de ce forum, la notion de résilience et sa déclinaison semble avoir été tenue pour acquise par les organisateurs, qui ont peut-être négligé de mieux la définir.

 

Compte rendu complet disponible ici

Les commentaires sont fermés.